Le patrimoine

 

Rechercher

- Les bibliothèques
- Les cadrans solaires
- Les châteaux en Isère
- Les fontaines et bassins
- Les monuments historiques
- Les musées
- Le patrimoine religieux
- Les portes historiques


 

Ou Trouver un musée !! en ISERE

Isere-annuaire.com présente l'avantage de vous faire découvrir dans ce guide, la possibilité de visiter un certain nombre de musée en Isère au sein d'un même site Internet, attirant chaque jour de plus en plus de visiteurs à la recherche d'un musée...

 

Le patrimoine

La Maison Musée Hector Berlioz de la Côte-St-André

La Maison Musée de Hector Berlioz
69, rue de la République 38260 - La Côte-Saint-André
Tel : 04 74 20 24 88
Fax : 04 74 20 83 33
Accès : Autoroute Grenoble-Lyon (A48), sortie Rives puis suivre La Côte-Saint-André par D73.


-La Côte-Saint-André-

 - CLIQUEZ ICI POUR RECHERCHER UNE VILLE ! -

ISERE

La Maison Musée Hector Berlioz" de la Côte-St-André

Hector Berlioz, fils d'un riche médecin côtois, est né le 11 décembre 1803 à La Côte-Saint-André où il passera son enfance et son adolescence avec ses jeunes soeurs et frères, Nanci, Adèle et Prosper, avant de quitter le Dauphiné pour Paris en 1821 afin d'y commencer des études de médecine, il suit des cours de littérature et se passionne pour la musique. En 1931, Hector Berlioz part pour Rome et séjourne à la Villa Médicis jusqu'en 1932. De retour à Paris en 1839 Berlioz est nommé conservateur-adjoint à la bibliothèque du Conservatoire. De 1842 à 1869, Hector Berlioz entreprend de grandes tournées en tant que chef d'orchestre à travers l'Europe. Il repose aujourd'hui au cimetière Montmartre, à deux pas de sa dernière demeure.

Cet artiste a composé plus de 50 pièces pour piano et musiques de chambre, cinq symphonies et un concerto pour piano. Installé dans la maison natale du compositeur, belle demeure bourgeoise construite à fin du XVIIème siècle, dont le charme reste intact, un escalier dessert sur deux étages le cabinet du docteur Berlioz, la cuisine, la salle à manger, le salon et la chambre du musicien. Dans ces pièces qui ont conservé leur décor d'origine, mobilier d'époque, tableaux, instruments de musique, partitions originales et correspondance personnelle nous plongent dans l'univers d'Hector Berlioz.

Le Musée départemental Hector-Berlioz dans sa maison natale entièrement rénové et restauré à l'occasion du bicentenaire de sa naissance, reconstitue l'univers de l'artiste du dernier grand musicien romantique, le musée dispose également d'un fonds documentaire exceptionnel, accessible au grand public et aux chercheurs. Chaque années le Musée s'enrichit d'acquisition prestigieuse ou de dons modestes. C'est ainsi que le musée arrive à vous faire découvrir les différents "épisodes de la vie de l'artiste". Classé : Labellisé "Maison des illustres".

Hector-Berlioz : Berlioz (Louis Hector) né le 11 décembre 1803 à La Côte-Saint-André dans l'Isère, Mort à Paris en 1869, compositeur français éminent représentant du romantisme dans la française. Malgré l'opposition de son père qui le destinait à la carrière médicale, il se fit admettre au conservatoire où il fut élève de Reicha et de Lesueur. Une représentation d'Iphigénie en Tauride de Christophe Gluck en 1821 le décide à se lancer dans la musique. Beethoven, Weber et Gluck sont ses grands modèles. Tout en poursuivant ses études, il donnait déjà des concerts pour faire entendre sa musique, et c'est ainsi qu'il fit exécuter, en 1928, ses deux ouvertures de Waverley et des Francs-Juges, et sa cantate d'Orphée déchiré par les bacchantes. Il concourut trois fois sans succès à l'institut pour le prix de Rome ; il l'obtint enfin en 1830, pour sa cantate de Sardanapale, et partit pour l'Italie, où il ne resta que deux ans. De retour à Paris il rencontra une jeune actrice anglaise d'un très grand talent, Miss Smithson, et l'épousa. Il compose Benvenuto Cellini qui est un échec, c'est Paganini qui paie ses dettes, Berlioz part alors pour la Belgique, l'Allemagne, l'Autriche puis la Bohême. Il rencontre Félix Mendelssohn, Robert Schumann et Richard Wagner. A Paris après avoir publié quelques articles de critique dans le Correspondant et dans la Revue européenne, il entra à la Gazette musicale, puis prit possession du feuilleton musical du journal des Débats. Ces articles, écrits d'une plume alerte, spirituelle et mordante, ont été réunis sous les titres de : Les Soirées de l'orchestre (1852) ; Les Grotesques de la musique ( 1859) ; A travers chants (1862). Sa correspondance, qui forme elle-même la matière de deux volumes, a été éditée après sa mort. Génie fiévreux et inégal, d'une rare puissante originalité, Berlioz occupe une place à part parmi les grands musiciens français. Il n'à pas été, de son temps, entièrement compris.

C'est dans la symphonie dramatique, et surtout dans la musique descriptive dite "à programme", qu'il a sinon créée du moins renouvelée, qu'il excelle. Sa Symphonie fantastique demeure, en ce sens, une de ses oeuvres capitales. Sa musique vaut par son extraordinaire relief, par sa plastique plutôt que par l'harmonie ou la polyphonie. Elle trahit manifestement une inspiration littéraire. Elle est la transposition sonore de sa vie passionnée. Berlioz a régénéré l'art de l'orchestration, et son influence s'est fait sentir sur les coloristes de la musique contemporaine française ou étrangère. A côté de Roméo et Juliette (1839), dont il a su faire, à l'égal de Shakespeare, un poème d'amour, de la Damnation de Faust (1828-1846), considérée souvent comme son chef-d'oeuvre, il faut citer : Lèlio ou le Retour à la vie, Harold en Italie (1834) ; ses opéras de Benvenuto Cellini (1838), de Béatrix et Bénédicte (1862) ; et des Troyens, ce dernier divisé en deux : la Prise de Troie et les Troyens à Carthage (1855-1863) représenté pour la première fois intégralement en 1890 à Karlsruhe (première partie, "la Prise de Troie", montée à Paris en 1899 ; seconde partie, "les Troyens à Carthage", montée en 1863 à Paris) ; ses ouvertures de Waverley, des Francs-Juges, le Roi Lear (1831), et du Carnaval romain (ouverture, 1844). ; Musique religieuse : Requiem (1837), l'Enfance du Christ (1854), son Te Deum (1855), et sa Messe des morts, sa Symphonie funèbre et triomphale (1840) et aussi ses nombreuses mélodies vocales, dont plusieurs sont d'un sentiment pénétrant et plein de poésie.

En février 1846, il remporte un succès retentissant à Budapest avec la Marche de Rakoczi. En 1852, Franz Liszt organise un festival à la gloire de Berlioz. En 1854, Hector Berlioz achève sa trilogie l'Enfance du Christ, il est enfin reconnu en France. De 1856 à 1858, Berlioz rédige les Troyens qui est refusé à Paris. Berlioz perd son fils Louis, et c'est déçu et amer qu'il meurt en 1869. Berlioz s'est occupé de l'orchestration de la Marseillaise et de l'Invitation à la valse d'après Weber.
Oeuvres : La Symphonie fantastique - Les Nuits d'été...

Ouvert : Tous les jours sauf le mardi du 1er septembre au 31 juin de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h. Du 1er juillet au 31 août de 10h à 12h30 et de 13h30 à 19h Fermé le 1er janvier, le 1er mai et le 25 décembre. Durant le Festival Berlioz, le musée est ouvert 7j/7 de 10h à 20h Visite guidée pour les groupes sur rendez-vous Le public à mobilité réduite peut accéder à l'exposition temporaire, à l'auditorium et au jardin