Le patrimoine

 

Rechercher

- Les bibliothèques
- Les cadrans solaires
- Les châteaux en Isère
- Les fontaines et bassins
- Les monuments historiques
- Les musées
- Le patrimoine religieux
- Les portes historiques


 

Ou Trouver un musée !! en ISERE

Isere-annuaire.com présente l'avantage de vous faire découvrir dans ce guide, la possibilité de visiter un certain nombre de musée en Isère au sein d'un même site Internet, attirant chaque jour de plus en plus de visiteurs à la recherche d'un musée...

 

Le patrimoine

Musée ganterie Xavier Jouvin" Patrimoine de Grenoble

2 rue saint Laurent - 38000 Grenoble
Ancienne Manufacture des Gants JOUVIN
Tel : 06 81 78 48 44




-Grenoble-

 - CLIQUEZ ICI POUR RECHERCHER UNE VILLE ! -

ISERE

Musée Xavier Jouvin la ganterie Grenoble

Un local précieux et unique en son genre pour l'histoire du gant, situé dans un ancien atelier de Claude Errico gantier-coupeur né à Naples. Inauguré en juillet 2008, le tout nouveau local du Centre International de Recherche sur l'Industrie du Gant (CIRIG), émanation de l'Association de sauvegarde et de promotion du gant de Grenoble (ASP2G). Cet endroit recèle des trésors insoupçonnés : des affiches publicitaires d'époque, des mains de fer pour découper le cuir, des photos des grandes familles de gantiers grenoblois, une presse à balancier, une table de teinture et une collection unique de gants.

Au XVIIIe siècle le gant de Grenoble connut un rayonnement européen et même mondial. La ganterie, l'une des plus anciennes et importantes activités économiques de l'agglomération grenobloise. Fleuron de l'industrie artisanale entre 1870 et 1940. Des artisans puis des industriels ont développé à Grenoble une activité prestigieuse de fabrication de gants de luxe. Principalement en peau de chevreau, les gants finement travaillés, étaient diffusés dans le monde entier. La province dauphinoise, montagneuse, offrait un terrain favorable à l'élevage de chevreaux et de mouton. Des mégisseries (où l'on prépare les cuirs utilisés, entre autres en ganterie) se sont rapidement mises en place dans la région. La production de cuir étant importante, l'idée de la fabrication de gants a très vite vu le jour. C'est dès 1343 que le métier du gant a commencé à se développer à Grenoble, mais il faut attendre le tout début du XIX ème siècle pour que se crée une corporation gantière. Très rapidement une douzaine de maîtres gantiers obtiennent le monopole urbain de sa confection. La ganterie a réellement été tout au long du XIXe l'élément déterminant du développement de la ville : une famille sur deux vivait de cette activité. Cette industrie artisanale nécessitait de multiples opérations manuelles pour préparer les peaux de chevreau, couper, coudre et broder les gants. Le travail du gant (le gant de peau de chevreau, le "vrai" gant de Grenoble commence à la mégisserie. Cette activité se fait à la main et aux pieds avec des produits naturels ammoniaqués (urine, fiente...). Une fois préparées les peaux étaient triées en blanc, c'est-à-dire choisies pour telle ou telle teinture selon leur qualité. La teinte se pratiquait avec des produits végétaux pour l'essentiel : ce n'est qu'au milieu du XIX ème que les colorants chimiques font leur apparition. La coupe peut alors commencer : faite à la main, elle nécessitait une grande habilité manuelle. La qualité de ce travail artisanal minutieux fait que le prix d'une paire de gants est élevé. La production a commencé à baisser à la fin du XIX e. Un bon nombre de petits producteurs disparaissent car la concentration de l'activité est passée entre les mains de quelques gros fabricants. Le déclin sérieux commence avec l'arrivée des deux guerres et la crise des années trente cassant les exportations qui étaient importantes, notamment vers le marché américain.

C'est Xavier Jouvin (1801-1844) qui, dans les années 1830-1840, réussit à industrialiser le procédé en introduisant la notion de pointure jusqu'alors inconnue. Après de patientes observations anatomiques faites à l'hôpital de Grenoble, il fixa à 25 le nombre de modèles types de mains. Ces 25 "mains de fer" permettaient d'obtenir, en jouant sur les différents degrés d'élasticité des peaux, 250 pointures... de quoi ganter toutes les mains! Tombés dans le domaine public en 1849, les brevets Jouvin ont contribué à l'essor rapide de l'industrie gantière grenobloise C'est Xavier Jouvin qui en 1834 invente la coupe à l'emporte-pièce. La coupe et la broderie peuvent alors commencer, car la majorité des gants de Grenoble étaient brodés. Les premières tentatives pour découper plusieurs gants à la fois à l-aide d'un emporte-pièce métallique eurent lieu vers 1920.

Ouvert : Du lundi au samedi sur rendez vous. visite de 4 salles d'exposition, film expliquant la fabrication d'une paire de gants, durée de la visite environ 1h30. Visite guidée sur rendez vous (groupe minimum 10 personnes). Tarif 5 euros par personne (gratuit pour - 15 ans).