Le patrimoine

 

Rechercher

- Les bibliothèques
- Les cadrans solaires
- Les châteaux en Isère
- Les fontaines et bassins
- Les monuments historiques
- Les musées
- Le patrimoine religieux
- Les portes historiques


 

Ou Trouver un châteaux !! en ISERE

Isere-annuaire.com vous invite dans ce guide à pousser les portes et grilles des châteaux, maisons fortes et gentilhommières en Isère.

 

Le patrimoine


Château de la Sône

-38840 La Sône
Propriété privé



-La Sône-

 - CLIQUEZ ICI POUR RECHERCHER UNE VILLE ! -

ISERE

Château de la Sône

L'histoire du château de la Sône, petite commune entre St Marcellin et St Hilaire du Rosier, à quelques kilomètres du château de Beauvoir, remonte au XIIe siècle, ce n'était alors qu'une maison forte appelée maison forte de la Reffreyrie. Construit sur un piton rocheux dominant d'une trentaine de mètres la vallée de l'Isère, sa position est à la fois stratégique et inexpugnable et constitue un emplacement d'observation idéal. Au XVIe siècle le bâtiment est agrandi par Ardanchon de la Reffreyrie qui en fait hommage au Dauphin en 1349. L'histoire veut que le dauphin Louis II, futur Louis XI et unificateur du royaume, soit venu à plusieurs reprises entre 1447 et 1456, pour chasser, et se rendre à l'abbaye de Saint Antoine toute proche. Les guerres de religion endommageant profondément le château d'abord du fait des troupes du catholique de Gordes puis de celle du protestant Lesdiguières. Au début du XVIIe siècle, Phélicien de Boffin, avocat général au parlement de Grenoble, qui a acquis la seigneurie de la Sône à Horace du Rivail en 1602, le restaure et l'embellit, le château de la Sône va demeurer pendant deux siècles la propriété de ses descendants qui donnent peu à peu au château et au parc sa physionomie actuelle. C'est de cette époque que date le grand corps de logis sur terrasse. Le célèbre mécanicien grenoblois Vaucanson y demeure à plusieurs occasions entre 1773 et 1779, lorsqu'il vient surveiller chez les frères Jubié, propriétaires des filatures royales de la Sône, l'installation de ses machines à chaînes sans fin pour mouliner la soie et l'organsin. "on peut d'ailleurs en admirer une installée dans l'une des tours retrouvée dans les combles du château". La révolution épargne le site, propriété des Jubié dans la première moitié du XIXe siècle après le déclin de cette famille, connais ensuite plusieurs propriétaires. Oublié et délaissé, il décline lentement et irrémédiablement. Le dernier personnage célèbre à y séjourner fut la romancière Françoise Sagan (dont le père était directeur d'usine à St Marcellin) qui s'en est inspirée pour planter le décor de son livre "Un château en Suède" écrit dans les années 1950.

En 1976, Jean Louis Pons, industriel, et son épouse, originaires d'Avignon, visitent par hasard ce lieu, Ils en tombent amoureux, mais l'état de ruine les fait hésiter, mais la passion du passé et le coup de cœur pour ce site chargé d'histoire et le parc qui l'accompagne sont plus forts que tous. Il engagent alors une vaste opération de restauration, un travail titanesque qui fut réalisé dans les règles de l'art par des entreprises spécialisées et sous la conduite des architectes des Bâtiments de France et des Monuments historiques. Le salon d'apparat, la salle de billard, les fresques peintes (XVIIème) de l'ancienne chapelle, les parquets de marqueterie en noyer, ou les meubles estampillés Hache, y évoquent d'autres temps.

Aujourd'hui cette bâtisse flanquée de trois tours aux tuiles vernissées une du XIIème et une du XIVème siècle "dont la plus importante est couronnée de mâchicoulis sur consoles", avec d'un côté un à-pic sur la rivière, de l'autre de profondes douves. Pour accéder au lieu, il faut emprunter un pont à l'emplacement de l'ancien pont-levis dont on peut encore admirer le mécanisme. Admirer également l'oratoire avec ses murs peints, et entrer dans la grotte, sous le château dont on pense qu'elle fut occupée dès l'époque préhistorique. Ensuite vous pourrez flâner tout à loisir dans le parc s'étendant sur 4 hectare et demi, à l'ombre des arbres centenaires, accompagnés par le murmure de l'eau.
PS : Fermé aux publics à partir de 2011.

Site classé : Monuments historiques en 1968 et le parc en 1995.
Récompensées en 1976 par la remise du prix de restauration VMF de Neuflize, Schlumberger, Mallet en reconnaissance de l'œuvre accomplie.

A voir à proximité :
Le Bateau à Roues.
Le jardin des fontaines pétrifiantes.

Fermé : au public. Changement de propriétaire


Accès : Autoroute Grenoble - Valence (A 49) a 6 km de la sortie Saint Marcellin ou par les N 92 et 532 reliant Grenoble.