Le patrimoine

 

Rechercher

- Les bibliothèques
- Les cadrans solaires
- Les châteaux en Isère
- Les fontaines et bassins
- Les monuments historiques
- Les musées
- Le patrimoine religieux
- Les portes historiques


 

Ou Trouver un châteaux !! en ISERE

Isere-annuaire.com vous invite dans ce guide à pousser les portes et grilles des châteaux, maisons fortes et gentilhommières en Isère.

 

Le patrimoine

Château Fort de BARRAUX

- 38530 Barraux
Renseignement Mairie.
Tel : 04 76 97 37 17



-Barraux-

 - CLIQUEZ ICI POUR RECHERCHER UNE VILLE ! -

ISERE

Château le "Fort Barraux"

Le duc de Savoie Charles Emmanuel 1er, vaincu par Lesdiguières, fait construire dès août 1597 un fort à Barraux, en territoire français. Quand le fort est achevé, Lesdiguières rejoint Lumbin, où il prend la tête de 1 200 hommes. Son armée escalade l'enceinte du fort, au clair de lune, et s'empare de la place forte facilement par surprise le 15 mars 1598. Trois ans plus tard, le traité de Lyon met fin au conflit franco savoyard. Œuvre de l'Italien ércole Negro, ce fort est corrigé par Jean de Beins entre 1608 et 1635. Mais c'est Vauban qui le transforme en 1692 sur l'ordre de Louis XIV pour consolider la défense des Alpes. On exécute d'abord ce qui concerne l'enceinte: le front d'entrée est refait, tous les fossés approfondis, les hauteurs des bastions "mur talus etc.." Vauban à son retour en 1700, peut voir la porte presque achevée, l'arsenal, les deux poudrières, et le puits. Le fort s'étend sur une superficie de 24 hectares et il est composé de plus de 5 km de remparts de 1,5 à 25m de hauteur et de 4 ponts successifs. C'est aujourd'hui le plus ancien fort bastionné de France.

Au cours du XVIIIe siècle, on construit deux casernes, la chapelle, et on aplanit l'intérieur du fort, dont le sol est abaissé de près de deux mètres. Assiégé par les Autrichiens en 1714 et 1815, le fort ne se rend qu'après les armistices et sur ordre. L'Entretien du fort laisse à désirer, bien des parements sont écorchés, le front Sud, tourné vers Grenoble, reste vulnérable. Le projet d'un "cavalier" (plate forme surélevée) suggéré dès 1791 par le général d'Arçon, est exécuté de 1821 à 1825. Par la suite le fort n'est plus menacé. Prison en 1793, Barnave y a été enfermé 13 mois avant d'être guillotiné en 1793, camp d'officiers prisonniers allemands en 1914 - 1918, (1) puis à nouveau prison, camp d'internement pour les juifs, résistants et trafiquants du marché noir de 1941 à 1948, il devient le dépôt de munitions de la Division alpine jusqu'en 1988. Classé monument historique, il appartient aujourd'hui à la commune et fait l'objet de travaux de restauration. L'autel Louis XV, démantibulé et réutilisé en divers points a retrouvé sa place dans la chapelle grâce à un patient et savant travail de restauration qui lui a redonné l'éclat de ses ors, et son célèbre puits dont le mécanisme "cage à écureuil", abrité par la voûte de son pavillon, avait conservé l'axe d'enroulement des cordes. Le rez-de-chaussée de l'arsenal, offre désormais ses trois nefs séparées par des files de robustes poteaux et couvertes des solives serrées d'un plafond à la française. Permet de découvrir près de 400 ans d'histoire militaire.

(1) Durant la première Guerre mondiale, des officiers généraux et supérieurs allemand furent gardés au fort Barraux, et un beau soir de 1917, trente prisonniers quittèrent définitivement le fort par un souterrain.

Classé en 1930 : le fort est propriété de la commune.

Ouvert : Les dimanches et jours fériés en mai, juin et septembre et du lundi au vendredi en juillet et août, à 15h. Visite thétrâlisée tous les samedis et dimanches en juillet et août à 15h.

Accès : A 41 (Grenoble - Chambéry) ou N 523 (Grenoble - Albertville), sortie Pontcharra, ou N 90, sortie La Gache.